[review] Vin de Mia Trix - Palimpsests (2017)

Vin de Mia Trix - Palimpsests (2017)

Hypnotic Dirge Records / Cimmerian Shade Recordings




Vin de Mia Trix est un groupe d'origine Ukraine et actif depuis 2007. Son ep de 2009 El sueño de la razón produce monstruos et son premier album en 2013 Once Hidden from Sight avaient convaincus mais sans un vrai emballement, le public metal. Le saut de qualité a été franchi avec ce nouvel album Palimpsests qui se présente comme un double album d'une durée de presque 100 minutes. 100 minutes pour quatre titres, deux par cd.

Vin de Mia Trix fait un tour de force pour proposer un album énorme de pour sa qualité et sa qualité. l'album se nomme «Palimpsests» ce qui en français donne "palimpsestes". Le palimpseste est un mot qui vient du grec et qui signifie « gratté de nouveau ». Il s'agit de la page d'un manuscrit, un rouleau de parchemin où d'un livre qui a été écrit, effacée (grattée) et réutilisée. Il s'agit d'une métaphore évidemment et puisque l'album se veut "mythologique" l'image donnée est celle d'une tradition orale - mythique - qui est réécrite au fur et mesure que le temps évolue. En effet les mythes sont à la base un conte oral qui a été fixé - mis par écrit - tardivement. Même fixé sur un support les mythes évoluent selon les époques et selon les interprétations que l'on leur donne. Platon interprète un mythe d'une façon différente à celle d'un Clément d'Alexandrie par exemple; de même aujourd'hui on interprète - selon nos grilles conceptuelles à nous - les mythes anciens.

Cette image d'une écriture qui se renouvelle on la trouve aussi dans la pochette qui - on dirait une carte géographique ancienne - est en train de tomber en ruine. Des parties apparaissent comme effacées et consommées par le temps.

Palimpsests va piocher dans la mythologie, le mysticisme, la religion et réunit toutes ces influences. Chaque titre est écrit dans un alphabet différent comme le sanskrit, le grec, le romain et le glagolitique (le plus ancien alphabet slave) :

Disc 1
1 - MĀTARIŚVAN (मातरिश्वन्) - sanscrit
2 - PHARMAKOS (ΦΑΡΜΑΚΌΣ) - grec ancien

Disc 2
3 - FUIMUS (FVIMVS) latin
4 - NOE (ⰐⰙⰅ) glagolitique

MĀTARIŚVAN (मातरिश्वन्) : ce mot en sanskrit est utilisé dans le Rigveda et indique le nom du dieu Agni; PHARMAKOS (ΦΑΡΜΑΚΌΣ) - en grec ancien ce mot indique le médicament et on le trouve dans le mot pharmacie; FUIMUS (FVIMVS) latin est le verbe être conjugué au passé et cela donne "nous avons été"; NOE (ⰐⰙⰅ) glacolitique est un référence à Noé et au mythe du déluge universel.

Palimpsests est un albums sur les archétypes c'est à dire les histoires et les personnages / symboles qui existent dans l'inconscient collectif. Des images qui apparaissent sous forme de contes sous toutes les latitudes et récités par tous les peuples. Certes avec des variations mais tout de même de constantes. On trouve alors des thèmes comme la réincarnation suite au sacrifice, le vol du savoir aux dépens des dieux, le déluge. Ces histoires - qui varient mais qui on un socle commune - sont rendues par cette image de Palimpsestes.

Le livret de 36 pages permet de s'immerger dans la lecture des textes et de citations. Le seul bémol et que ce livret en noir et blanc est parfois est illisible. Mais si on pense au concept d'écriture et de réécriture, de rature, le fait que certaines parties soient effacées et illisibles colle complètement au concept. De plus on vous a dit que la pochette fait penser à une carte. si on regarde de plus près ce n'est pas une carte mais une voûte. C'est l'image d'une fresque peinte sur une voûte. je fais une vidéo à ce propos.

Musicalement Vin de Mia Trix fait du doom metal qui a des excursions vers le funeral doom metal, le death metal et une sorte de post metal. Le côté funeral permet des arrêts sur images, une lourdeur bien maîtrise et donne un caractère tragique au propos. L’aspect du death metal insuffle une dynamique à chaque titre qui se laisse écouter avec plaisir. Le côté post - couplé à un aspect ambient - donne à chaque titre un côté religieux et mystique. C'est un chef d’œuvre qu'il faut écouter et vivre pour l’apprécier pleinement. Quand la musique prend une telle direction "personnelle" et "métaphasique" il est vraiment difficile pour moi de la décrire.

Ecoutez cette album; achetez-le. vous ne serez pas déçus.

score 10/10

line up
Andrew Tkachenko - Vocals
Serge Pokhvala     - Guitars - Soundscapes
Alex Vynogradoff - Bass, Vocals, Acoustic Guitars, Samples
Igor Babaev - Drums 

guests
Tim Six (Creation VI) - ambient on tracks 1,3 and 4
Nikita Larionov - guitar solo on track 1
Diana Larinova - backing vocals on track 1

Mixed and mastered by Damon Good at The Cave Studio, Adelaide, Australie
Artwork and design by Seri/graph Studio



hypnotic dirge records bandcamp
hypnotic dirge records store

cimmerian shade recordings bandcamp
cimmerian shade recordings store


Vin de Mia Trix - Palimpsests (2017)
Hypnotic Dirge Records / Cimmerian Shade Recordings

Vin de Mia Trix - Palimpsests (2017)
Hypnotic Dirge Records / Cimmerian Shade Recordings

Vin de Mia Trix - Palimpsests (2017)
Hypnotic Dirge Records / Cimmerian Shade Recordings

Vin de Mia Trix - Palimpsests (2017)
Hypnotic Dirge Records / Cimmerian Shade Recordings

Vin de Mia Trix - Palimpsests (2017)
Hypnotic Dirge Records / Cimmerian Shade Recordings

Vin de Mia Trix - Palimpsests (2017)
Hypnotic Dirge Records / Cimmerian Shade Recordings

Vin de Mia Trix - Palimpsests (2017)
Hypnotic Dirge Records / Cimmerian Shade Recordings

Vin de Mia Trix - Palimpsests (2017)
Hypnotic Dirge Records / Cimmerian Shade Recordings

Vin de Mia Trix - Palimpsests (2017)
Hypnotic Dirge Records / Cimmerian Shade Recordings




[review] [telegraph] Riffocity – Under A Mourning Sky (2017)


Riffocity – Under A Mourning Sky (2017)


Riffocity est un groupe de thrash metal originaire du nord de l'Hellas (Ἑλλάς / Grèce) qui a été fondé en 2013 par le guitariste Dimitris Kalaitzidis. Le groupe a sorti en 2016 l'Ep Disciples of the Storm comme autoproduction. En 2017 Riffocity sort son premier album nommé Under A Mourning Sky. Cet album était prévu via le label Soman Records mais ensuite cela n'a plus été le cas. 

L'album se compose de dix titres de thrash metal plutôt moderne dans la veine de Iced Earth. Il y a un écho d'album comme The Dark Saga ou encore Something Wicked This Way Comes. Cet écho est donné par le riffing très serré qui rappelle le "cavalcades" de Jon Shaffer et aussi par certains breaks qui sont devenu la marque de fabrique d'Iced Earth. Je parle bien d'échos, d'affinité. Riffocity fait du beau thrash metal avec des compositions longues, à tiroirs, et qui alternent rapidité (toujours) et mélodie souvent comme le cas de Arnis Oblivion et Fortunes of Death avec leurs intro douces l'une au piano et l'autre à la guitare acoustique. 

L'affinité avec Iced Earth on la trouve aussi dans le chant de Thomas Trabouras qui dans les mid-tempos évoque celle de Matt Barlow. Mais les comparaisons s’arrêtent ici puisque la voix de Thomas Trabouras fait penser aussi par moment à celle de Mike Muir (Suicidal Tendencies) et celle de Chuck Billy (Testament); on répète ce ne sont que des échos juste pour vous montrer à quel point la voix Thomas Trabouras est agréable et puissante. Le duo de guitares Dimitris Kalaitzidis et Panos Savvas fait des ravages en fase de riffs et de solo. Les deux possèdent une alchimie et un savoir faire qui sont rares surtout pour un album de début. Tasos Daimantidis massacre ses fûts et il impressionne tant sur les titres rapides que sur les mid-tempos en y apportant une bonne touche personnelle. la basse de Panos Savvas se fond bien dans l'ensemble et soutient bien chaque titre, elle est présente sans être omniprésente. Cela dit, la production est puissante, claire et met bien en valeur tous les instruments.

Le chanteur et guitariste Constantin Maris (Forbidden Seed et Starve the Hydra) participe comme invité en tant que chanteur sur le titres Arnis Oblivion et Fortunes of Death. La chanteuse et guitariste Vicky Kapsali participe avec son chant sur le titre Perished Unloved et le multi-instrumentiste Bob Katsionis a participé à la chanson Above the End

Pour terminer, nous pouvons dire que Riffocity avec son album Under A Mourning Sky signe un sans faute. Cet album est abouti et ravageur du début à la fin. Il tient la route et grandi écoute après écoute. C'est un petit bijoux que vous l'on conseille très vivement.

score 9/10





Facebook YouTube

Current Line-up
Thomas Trabouras-Vocals
Dimitris Kalaitzidis-Guitars and Backing Vocals
George Lezkidis-Guitars
Panos Savvas-Bass Guitar
Tasos Daimantidis -Drums

"Under A Mourning Sky" is produced by Riffocity and Bob Katsionis
Mixed and Mastered by Bob Katsionis

1. Hail Thy Father    
2. Arnis Oblivion (feat Constantin Maris)
3. Bitter Sunday    
4. Fortunes of Death (feat Constantin Maris)
5. This Eternal Secret Lies Above    
6. From Inside the Arrows Come    
7. Isolation    
8. Perished Unloved (feat Vicky Kapsali)
9. Under a Mourning Sky    
10. Above the End ( feat Bob Katsionis)

[review] [telegraph] Formis - Chaozium (2017) / Defense Records


Formis - Chaozium (2017) / Defense Records


Formis est un groupe de death – thrash metal originaire de Sosnowiec en Pologne. Formis a été fondé en 2010 par le guitariste Hubert Nowak qui officiait dans le groupe Iscariota. Toujours en 2010 Formis sort son premier album Perfect Excuse sous forme d’autoproduction. Entre 2010 et 2014 il y a un changement de formation conséquent.

En 2010 Formis est composé de 4 membres qui deviennent 5 en 2014. De la formation de 2010 il y a le guitariste Hubert Nowak qui reste toujours en place. Mental Survival sort en 2014 via le label Defense Records. Il s'avère être un disque de death metal rapide, direct et ravageur. Neuf titres au total en 26 minutes donne une idée du timing.

En 2017 Formis sort son troisième album nommé Chaozium. Il y a une sorte de continuité et un changement majeur cette fois-ci. La continuité est donnée par le fait que le label est toujours le même, c'est à dire Defense Records; on a encore 9 titres pour un total de 29 minutes et la formation est toujours la même :




from left to right : 
Marek Zając – Vocals / Hubert Nowak - Guitars / Rafał Habrajski - Drums / Jacek Bieniasz - Bass / Sebastian Blabuś - Guitars


Le gros changement est que cette fois Formis chante dans sa langue natale, le polonais. Et c'est un changement de taille. Le death metal / thrash metal est vraiment magnifique. Il vous suffit d'écouter un titre comme Epigon : en trois minutes vous avez des solos magnifiques, un death effréné, un chant bien maîtrisé et ravageur, un rapide interlude, et un niveau de technicité vraiment élevé. Ce troisième album est beaucoup plus sombre, lourd, cohérent et technique que les précédents. Entendons-nous bien. Quand je parle de technicité, Formis ne fait pas dans la virtuosité ou dans l'expérimental. Formis est un monolithe noir, sombre, qui rehausse ses titres avec des riffs et des solos travaillés, peaufinés et articulés. Le duo de guitares Hubert Nowak et Sebastian Blabuś fait de merveilles et la production propre et valide met en valeur aussi les parties de batterie de Rafał Habrajski et la basse de Jacek Bieniasz. Le chant de Marek Zając est toujours aussi puissant et si comme moi à l'époque du chant anglais je pouvais comprendre les mots, je pense que les fans polonais n'auront pas de difficulté non plus. La production - le mixing et le mastering - qui donne cette couleur uniforme à l'album a été réalisée par Haldor Grunberg qui est à la fois musicien (Mentor, Sun For Miles, Thaw) et aussi le propriétaire et maître des studios Satanic Audio.

A l'album Chaozium ont participé comme invités les grands guitaristes polonais comme Dariusz Kupis (Frontside), Przemyslaw Latacz (Planet Hell, The No-Mads) et Krzysztof Michalak (Infernal War, Voidhanger, Darzamat).

Formis signe avec Chaozium une excellent album de death/thrash metal. Direct et technique, efficace, inspiré et qui montre que la scène polonaise de metal extrême se porte très bien. Un album pour les fans de Martyr, Vader, Master, Quo Vadis.

score 9,5/10

Formis




Formis - Chaozium (2017) / Defense Records
1. Arcanum
2. Skaven
3. Alchemizer
4. Fornelius
5. Epigon
6. Silurian
7. Haeresis
8. Luminescent
9. Chaozium

crédits
Music: Hubert Nowak
Lyrics: Hubert Nowak
Label: Defense Records
Art cover & design: Izabela Krawczyk
The album is is available on difital and as a CD jewel case with an eight-page booklet.







[focus on] La fermeture des magasins de disques

Le gérant de Popoff, Enrico Bonnin, devant son magasin de disque en via Gaudio - Sanremo (photo Manrico Gatti)

La fermeture des magasins de disques



Vendredi 27 octobre 2017 le dernier magasin de disques de la ville de Sanremo a fermé ses portes. Le magasin s’appelait Popoff et était ouvert depuis 38 ans. Le titulaire Enrico Bonnin ferme définitivement et rapatrie tout son stock dans une autre ville plus loin et dans le magasin de disques  - Tuttomusica - tenu par sa femme. La veille de sa fermeture j'ai pu aller voir Enrico et discuter avec lui un bon moment. Pour quelqu'un comme moi qui a grandi et passé énormément de temps dans ce magasin et acheté beaucoup d'album, je ne le nie, il y avait de la tristesse dans l'air. Enrico repart ailleurs et il m'a confié qu'il faudrait qu'il "résiste" encore deux ans et puis il pourra partir à la retraite. Le comble est que Sanremo est la ville de la musique par excellence grâce à son Festival de la Chanson Italienne actif depuis 1951.

Pourquoi un magasin historique tel que Popoff ferme? Alors rentrons dans le vif. Un cd neuf chez Popoff était vendu à 21.90 euros. Le gérant gagne 4 euros par cd. A cela il faut rajouter les frais de location du magasin, l'achat de cd (le stock), les frais d'eau et d'électricité, les frais de la ville (poubelle, voirie). Le SMIC en France vaut 1.153 euros net par mois. Pour arriver à cette somme, Enrico doit vendre environs 288 cd par moi. Mais ce n'est pas assez, puisque, à côté des frais annoncées, il faut aussi qu'il cotise pour sa mutuelle et sa retraite. Pour vivre dignement il devrait vendre 600 cd par moi.

Aujourd’hui personne, aucune boutique n'arrive à vendre 600 cd par moi. 

Je me souviens dans mon adolescence que à Sanremo il y avait cinq magasins de disques. Le premier au début de via Matteotti et il a fermé rapidement. Il était très petit et même le proprietaire ne connaissait pas le stock qu'il avait. Le deuxième était en via Palazzo. Il fallait descendre beaucoup de marches pour y accéder. C'était grand, avec beaucop d'affiches et quelques t-shirt. Lui aussi a fermé rapidement puisque là-bas le relationnel du proprietaire n'était pas au top de la forme. Il y avait le magasin Refrain, devant le cinéma Centrale. Il a fermé il y a cinq ans. Refrain était un magasin grand comme un studio (9m2). A l'intérieur plein d'album metal et de musique classique. Pour les autres genres il fallait rebrousser chemin. A l'intérieur, pour gagner de la place, les cd n'étaient pas rangés avec le "case". On avait accès aux pochettes et si on voulait acheter le cd, le gérant allait le chercher à la "cave". On ne pouvait pas rentrer plus que 4 ou 5 à la fois sinon on se marchait sur le pattes. Alors on attenddait les copains dehors. Refrain était proprietaire des murs et c'est pour cela qu'il a pu résister, mais ses dernierers années de vie on était de suffrance.

Le quatrième a fermé il y deux ans. C'était Love Musica in via Roma. Magsin pas enorme mais qui surtout dans les années '80 et début '90 avait surclassé Popoff pour trois raisons : moins de cd mais plus de niche. C'est à dire que pour le metal on trouvait des groupes plus underground. Un très bon prix. Des tas et des tas de bootleg. En effet grâce à une faille dans la legislation europeenne plusieurs labels ont prosperé en proposant des bootlegs qui étaient légaux avec le tampon de la siae - l'équivalent de la sacem. Un label comme Metal Crash en est un exemple comme aussi NeverEnd, New Keruak Line, Lobster Records ou encore le label allemand Imtrat. Et puis les choses ont changées et les bootlegs sont redevenus "pirates".

Chez Popoff on pouvait discuter car Enrico et Ramon (le deuxième vendeur et aussi musicien, décédé debut 2017) s'y connaissaient en musique. Ramon était axé sur le rock et Enrico très à cheval sur le progressive international et italien (Le Orme, Osanna, PFM, The Trip etc.). On pouvait écouter des albums - chose rarissime en Italie - on pouvait commander en choisissant sur plusieurs catalogues en papier - on avait des rituels entre fans, on s'organisait pour aller à des concerts, pour aller à Nice - de l'autre côté de la frontière - pour acheter des vinyles. On était une communauté. On échangeait, on discutait on était bien. Aujourd’hui le virtuel a pris le pas sur le réel, mais à quel prix? 
Le prix de la fermeture.

A bon entendeur.

wanderer

[review] [telegraph] Gladio - MMXVI (EP 2016)


Gladio - MMXVI (EP 2016)


Gladio est un duo de thrash metal italien qui a publié son premier EP MMXVI sous forme d'autoproduction. Gladio est fondé en 2015 et formé par Matteo Pierazzo (rhytm guitar, bass, backing vocals) e Pierluigi Cavazzano (vocals et backing vocals). Matteo et Pierluigi avaient déjà officié dans le groupe de thrash metal HouseMaster actif entre 2005 et 2011. La décision d'évoluer en duo est due au fait de partager la même vision de la musique et la possibilité de se trouver plus facilement pour composer et enregistrer. Pour cet Ep, Gladio a fait recourt aux sessions men comme Furio Buranella (Exilium) à la batterie et Luca Minieri (Illogicist) (lead guitar).

Gladio - signifie "glaive" - est un mot qui vient du latin "gladius" et indiqué la courte épée à deux tranchants utilisée par les légionnaires romains et les gladiateurs. Ce nom est aussi une déclaration d'intention puisque la musique de Gladio se veut puissante, directe et tranchante.

Les quatre titres qui composent l'album sont très bons. Gladio s'inspire et remet à l'honneur le thrash metal des années '80 avec des compositions très bien inspirées, exécutés et mises en valeur. La voix de Pierluigi Cavazzano est agressive, directe et dynamique. La preuve de Matteo Pierazzo est très bonne aussi et les guitares rythmiques sont vraiment mises en avant : les riffs sont ravageurs, directs, bien construits et restent en tête. Il ne faut pas non oublier un certain goût pour la mélodie comme le témoigne l'arpège qui ouvre et qui clôt le titre The Hero Is Back!. Il est facile de deviner dans le titre The Hero Is Back! que le héro dont on parle est celui de la pochette et en même temps le duo Pierazzo-Cavazzano qui revient en force sur le scène metal.
Cet Ep nommé MMXVI signifie 2016 en chiffres romaines et il est fortement conseillé aux fans de thrash metal. Ecoutez-le, vous ne serez pas deçus.

score 9/10




Gladio - MMXVI (EP 2016)
1.The Hero Is Back! - 06:16
2. A Real Illusion - 05:33
3. The Fury Road - 05:24
4. Operation Gladio - 05:43

credits
artwork by Mario Estuardo López Morales (http://marioestuardol.wix.com/mario)
recording at Tasto REC Studio di Michele Minosso (www.tastorec.com).
master and mix by Luca Minieri at M-Lab Studio (www.m-lab-service.it),
photos by Riccardo Grassetti (www.riccardograssetti.com),
logo and layout by Jacopo Stefan (jacopo.stefan@gmail.com), 

[review] Storrsson - Ages of Darkness / For God and Glory (2017)



Storrsson - Ages of Darkness / For God and Glory (2017)

Adapt Metal Records


Storrsson est une one-man band anglaise d'epic metal, fondée par Alexander Storrsson en 2016. Alexander Storrsson est déjà guitariste et chanteur du groupe Heavy/Speed Metal anglais nommé Hundred et fondé en 2006. Ce groupe est se caractérise pour jouer avec trois guitaristes et ses thèmes sont focalisés sur la guerre et la nature. retournons à Storrsson. D'abord le nom du "groupe" est le même que celui du fondateur et seul maître à penser.
Storrsson publie un premier album exclusivement sur youtube nommé Fight or Die en 2016. Cet album est composé de deux titres Fight or Die et Artefact.
En 2017 viens le temps du single Ages of Darkness / For God and Glory sorti en numérique sur la page bandcamp de Storrsson et en format physique via le label Adapt Metal Records.


Musique
Musicalement Storrsson est très très bon. Oui il y a des échos du groupe Hundred mais Hundred est surtout heavy metal. Storrsson fait du heavy metal plus puissant et épique. On voyage dans une ambiance à la Manowar (premiers 4 albums), à la Cirith Ungol et Manilla Road. Ages of Darkness et For God and Glory sont deux titres rapides, épiques, fédérateurs, à la production un peu brute mais tout à fait agréable à l'écoute. Les guitares sont mises à l'avant et enchaînent riff sur riff avec des solos bien sentis et mélodiques. La voix est claire et puissante et ne vas pas du tout sur le terrain des aigus. Au contraire elle reste puissante et mélodique. De même il faut saluer le travail sur la basse et la batterie ce qui met en valeur le talent de Storrsson comme multi-instrumentiste.

Les paroles
les textes d'Ages of Darkness parlent d'un voyage de retour vers son pays natal. Mais il ne s'agit pas d'un retour gai puisque le texte se termine par une vision apocalyptique :

Ages of Darkness rise
Building up, on to the skies
But Babel will fall again
In the coming End

Suns that have lost their gleam
Stars that died and have ceased to be
In your name we will fight, renewed
On we march; see the darkness through

For God and Glory relate les raisons pour lesquelles on se bat :

Follow your honour and fight by your Father
In Battle find Glory, find Glory in Death
Keep hold of your sword as the ground drinks your blood
Dead on the field, you will find what you seek

En effet il y aura bien une victoire finale mais les guerries sont appelés à se battre jusqu'à la fin pendant que la fin de toute chose est annoncée par le cataclysme final, c'est à dire le Ragnarok.

c'est amusant de constater que les textes peuvent être lus de deux façons différentes : la première c'est la guerre comme métaphore de la vie et donc des combats que nous tous devont affronter dans notre vie. de l'autre, le recours à des termes comme Stars that died and have ceased to be / The Golden Gates open, the valkyrje fly / Ragnarok / The Horn is sounded font penser à la mythologie nordique mais ils restent assez rares pour être lus comme metaphores et pas comme chansons hystoriques.

Artwork
Il faut nommer aussi l'artwork. Il s'agit du tableau Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César réalisé en 1899 par le peintre français Lionel ROYER (1852 – 1926). Il se trouve exposé au Musée Crozatier à Le Puy en Velay. Ce  tableau  a  été  peint  après  la  défaite  de  la  France  face  à  la  Prusse  lors  de  la  guerre  de  1870. Lionel ROYER cherche et déniche une figure héroïque qui représente la résistance à l’ennemi et  qui montre aussi  que  l’on  peut  être  grand  dans  la  défaite.   Voici alors la figure de Vercingétorix, vaincu par César à Alésia en – 52, qui se rend et jette symboliquement ses armes aux pieds du général romain. On remarquera que les deus guerriers remplissent tout l'espace : Vercingétorix à gauche et César à droite et que bien que vaincu Vercingétorix est plus haut que César.

Pour terminer on peut dire que Storrsson signe avec son premier single Ages of Darkness / For God and Glory un album très bien abouti et ravageur qui donne envie d'écouter la suite.

score 10/10

Bandcamp
YouTube
Adapt Metal Records






Storrsson - Ages of Darkness / For God and Glory (2017) - Adapt Metal Records

Storrsson - Ages of Darkness / For God and Glory (2017) - Adapt Metal Records

Storrsson - Ages of Darkness / For God and Glory (2017) - Adapt Metal Records

Storrsson - Ages of Darkness / For God and Glory (2017) - Adapt Metal Records

Storrsson - Ages of Darkness / For God and Glory (2017) - Adapt Metal Records

Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César réalisé en 1899 par le peintre français Lionel ROYER, Musée Crozatier, Le Puy en Velay.